Le prix qu’on paye pour un chien

Quand vous voulez acquérir un chien, vous avez plusieurs options. Vous pouvez acheter votre chien dans une animalerie, en adopter par le biais d’un refuge, ou en acheter un d’un éleveur professionnel.

Dans la langue vernaculaire, un éleveur professionnel est considéré d’être une usine à chiots ou une usine à chiens. C’est un endroit où plusieurs espèces de chiens sont élevés et dont l’éleveur a toujours des chiots pour la revente. Dans la plupart des cas les animaux sont gardés dans des conditions déplorables. L’élevage est fait uniquement par l’amour du gain financier uniquement. Les éleveurs ne veulent pas protéger l’intégrité de l’espèce.

Kelly Pinteño Garcia témoigne: «Au début de l’année 2013 j’ai acheté un chiot, Lowie, dans le chenil Bolkshof. Après qu’une semaine, il est devenu malade. Il était contaminé par des vers, il avait des parasites intestinaux, il souffrait de toxoplasmose. C’était horrible. Il était clair que le chiot était déjà malade avant que nous l’achètions. Malheureusement il est décédé.»

Le personnel du chenil Bolkshof, une usine à chiots, prétend que tous leurs chiens sont sains et que c’est impossible que le chiot était malade déjà. Après plusieurs disputes par téléphone, le chenil a compensé Garcia à lui offrir un nouveau chien.

Animal Express est la plus grande usine à chiots en Belgique. Elle offre plus de 80 différentes races de chiens et chats. Comme le chenil dit sur son site web: «Nos chiots sont issus d’une coopérative d’éleveurs et d’éleveurs privés belges et étrangers.» Alors que la loi interdit la vente de chiens et chats, Animal Express arrive à éviter la cadre juridique.

Sabine (pseudonyme) a téléphoné à Animal Express prétendant qu’elle voulait acheter un grand chien. Elle vivait avec ses trois enfants dans un petit studio. Au téléphone Sabine mentionna que le chien devra être seul dix heures pas jour et leur demanda également si c’était possible de payer contant. Selon Animal Express, ceci n’était pas un problème. Il semble que toutes les usines à chiots négligent les droits des animaux.

En Flandre il existe plusieurs organisations contre les usines à chiots. Par exemple vzw Anti Broodfok Actie, qui a collaboré avec Kapaza.be pour mettre fin à des véreuses usines à chiots. La communiqué à la presse: «Nous avons changé les conditions pour des annonces concernant les chiens et chats. Ceci parce que nous recevions beaucoup de réclamations des acheteurs au sujet de ces annonces.»

Il est clair qu’abolir les usines à chiots est un travail qui est extrêmement difficile. La route est longue, la route est très longue, mais la ligne de départ est en vue.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s